Réglementation : comment s'adapte le secteur du bien-être à la crise sanitaire ?
26 aoû 2020

Après une situation sans précédent, les établissements de spa rouvrent timidement leurs portes en Europe. De pays en pays, des protocoles sanitaires et nouveaux labels se multiplient pour rassurer le public et éviter toute propagation du COVID-19. Le secteur du bien-être espère que ces réglementations suffiront pour redonner un nouvel élan aux acteurs du wellness. Des initiatives ingénieuses qui prouvent que les établissements de spa n'ont pas dit leur dernier mot !

Restaurer la confiance des touristes par la labellisation

Pour rassurer le public après la crise sanitaire, le World Travel & Tourism Council, organisme de référence du secteur du tourisme et du voyage, avait du pain sur la planche ! Avec sa dernière innovation, le label « Safe Travels », les voyageurs sont assurés d'entrer dans un établissement qui respecte des règles strictes d'hygiène et de sécurité. Ces règles sanitaires ont été élaborées selon les directives de l'Organisation Mondiale du Tourisme, conjointement avec les recommandations américaines du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies.

Plusieurs destinations touristiques bénéficient déjà de ce label international, mais d'autres vont encore plus loin en inventant leur propre label. C'est le cas du Portugal, dont le tourisme compte pour 8,5 % du PIB (1). En créant son label « Clean & Safe », le pays incite les acteurs du tourisme à respecter les directives sanitaires et les recommandations du gouvernement. Cela englobe aussi bien l'hygiène des lieux que la formation du personnel, la communication auprès du public ou encore l'organisation du service au sein de ces structures. Après deux semaines d'existence, déjà 20 % des établissements touristiques du pays étaient labellisés. 

À lire également : Quand piscine et spa en collectivité riment avec plaisir et sécurité

De nouveaux protocoles sanitaires font leur apparition

En France, le Conseil national des établissements thermaux a élaboré une Charte sanitaire de la station thermale dès juin 2020 qui concerne non seulement les établissements wellness, mais aussi tous les corps de métier qui gravitent autour : restaurateurs, médecins, hébergeurs... Elle complète la réglementation qui s'applique déjà aux établissements recevant du public (ERP).

En Italie, la Fondation italienne pour la recherche scientifique thermale a mis en place un protocole sanitaire et un autocontrôle pour assurer la sécurité des curistes et du personnel. Une unité spéciale Covid-19 a été créée pour vérifier la bonne application de cette réglementation au sein des établissements de spa.

Au Royaume-Uni, le gouvernement anticipe le retour du public dans les établissements dits de « contact rapproché » et a publié un guide sanitaire précisant les modalités de distanciation, de nettoyage et les mesures de protection à respecter. En parallèle, la UK Spa Association a lancé son propre guide qui renforce les directives du gouvernement britannique.

La crise sanitaire impacte significativement la santé économique du secteur du bien-être, qui doit réaliser une vraie prouesse d'équilibriste pour attirer un public devenu craintif tout en évitant la propagation du COVID-19. Outre ces nouvelles réglementations, on peut s'attendre à voir émerger diverses innovations spa en matière de design, à l'image des magasins qui ont totalement repensé leur espace de vente pour respecter la distanciation sociale et limiter les contacts. De nouvelles tendances à rajouter à celles déjà énumérées début 2020 !

Retrouvez toute notre actualité wellness


(1) Le Monde : Trois graphiques pour comprendre l’ampleur de la crise du tourisme à venir

© Crédit photo : NDABCREATIVITY / Adobe Stock

Share :